Hexagone Gay





Bretagne
Années 80 Associations et Médias
Evénements
- Les lieux gay à Rennes
- Les lieux gay à Brest
- Les lieux gay dans le reste de la Bretagne




Les Associations Les Médias
RENNES (35).
- Le GLH de Rennes restera actif jusqu'au début des années 80.
- L'association chrétienne "David & Jonathan" tient aussi une permanence dans la capitale bretonne.
- Une autre association, qui va se substituer au GLH, apparaît au début des années 80 : L'Association pour la Diffusion Homosexuelle (ADHO). Cette association est fondée le 17 janvier 1980 par Jacques Ars, militant homosexuel qui avait déjà été à l'origine de la "Mouvance Gouin Celte" (cf années 70). L'Adho essaie de fédérer toutes les librairies "différentes" de l'Ouest. En 1981, elle rachète un petit snack-bar sans alcool, "le Tutti-Frutti", déjà fréquenté par les homosexuels rennais et en fait son lieu associatif. En mars 1982, l'Adho modifie son appellation et devient "L'Association pour la Différence Homosexuelle".
L'Adho va organiser des manifestations culturelles, des expositions, éditer plusieurs fanzines assez rocks et assez proches de son sens de la dérision : "Ginette" et "les Osthéomatéophes". Elle aura toujours une démarche culturelle en promouvant les artistes en général et la sensibilité gaie en particulier.
:: MAGAZINES.
RENNES.
Après avoir lancé
"Ginette" et "les Osthéomatéophes", "l'association A.D.HO. édite un journal appelé "Migrennes" qui mixte homosexualité et rock.

:: EMISSIONS DE  RADIOS
RENNES.
- sur Radio Kongas (104 Mhz) : "Canal Bi", un jeudi sur deux (1984).
- sur 95 Mhz : Canal Gai, tous les jeudis de 20h à 2h.

BREST
- Sur RBA (102 Mhz), "Chapeaux Bretons et Slips de Cuirs", le dernier mercredi du mois de 17h30 à 18h. (1983 - 1984)

SAINT MALO.
- Sur Force 7 (95,9 Mhz), "Rézo 7" le samedi à 22h : reportages, petites annonces. (1984- 1985 -1986)
En juillet 1983, le conseil mTutti-Fruttiunicipal de Rennes, sous l'impulsion du maire socialiste de la ville, Edmond Hervé, vote une subvention de 5200 F pour l'ADHO et pour son lieu gai, le Tutti Frutti. Cette décision va engendrer la colère de l'opposition qui, bien qu'elle se défende d'être homophobe, va ameuter les médias qui vont ainsi parler pour la première fois de l'ADHO et apprendre aux Bretons l'existence de cette association homosexuelle qui n'avait jamais bénéficié d'une telle publicité. FR3 Rennes fera un reportage sur le sujet et Antenne 2 au niveau national en parlera dans son journal. L'opposition, mal préparée à débattre sur ce sujet, commettra des maladresses qui se retourneront contre elle. Un de ses représentants n'hésitera pas à déclarer en Conseil Municipal : "On ouvre la voie à des subventions de plus en plus contestables, des associations de sadomasochistes ou d'hétérosexuels pouvant se constituer par la suite."  Si la subvention municipale aura essentiellement une valeur symbolique, celle versée par le Ministère du Travail d'un montant de 36 000 F va permette de créer un emploi d'initiative locale  pour faire fonctionner le Tutti-Frutti. Le battage médiatique provoqué maladroitement par l'opposition aura eu le mérite de multiplier le nombre des adhésions. L'A.D.HO ne sera jamais à court d'idées pour s'autofinancer. Elle vendra des gadget et du poppers dans son local. Elle lancera des souscriptions et prélèvera le "denier du cul" au titre du "chapitre des petites s½urs sodomites de la Tantation".

- Une association destinée à venir en aide aux détenus homosexuels va aussi se créer à Rennes au milieu des années 80 : "L'A.D.D.H.", Association de défense des Détenus Homosexuels, dont l'adresse est 56 bd Jacques Cartier à Rennes.

- "Femmes entre elles" : Le groupe autonome des lesbiennes issu du GLH va se constituer en association déclarée en avril 1982. Les militantes se rencontrent à la MJC de la Paillette.

- AIDES Rennes, association de lutte contre le SIDA, va être crée au milieu des années 80.

BREST (29).
- L'association "Présence Homosexuelle", abritée à la librairie Archipels, place Saint Louis, va succéder au GLH de Brest.
- "David & Jonathan", l'association chrétienne a une antenne à Brest.

PONT-AVEN (29)
- En 1988, un groupe exclusivement féminin se constitue près de Pont-Aven : "Le Chamalow". Le Chamalow va organiser des rencontres et des sorties pour les lesbiennes. Son existence sera éphémère.

LANNION (22).
- Lannion bénéficie à l'époque d'une association gay : "Breta-H" organise des sorties, des week-ends et "des rencontres par informatique" : premiers pas du minitel rose avant l'invention de l'internet.
Femmes entre Elles D&J
Aides

LORIENT (56).

- Une association lesbienne fait son apparition en avril 1982 en Morbihan : "Différence 56" a une permanence mensuelle à la Maison Pour Tous de Hennebont : Loisirs, réflexion, action, foi.

HENNEBONT (56)
- David & Jonathan, association chrétienne et homosexuelle dispose d'une antenne locale au début des années 80 à Hennebont.

Années 80 Bretagne Retour Haut de page



Evénements




:: 24 NOVEMBRE 1984 : DESCENTE DE POLICE AU TUTTI-FRUTTI.
Le Tutti-Frutti, le lieu associatif homo de Rennes, a fait l'objet d'une descente de police le 24 novembre 1983. Un commissaire et 6 inspecteurs sont intervenus à la demande du Parquet qui avait été saisi d'une plainte. Ils ont décroché les peintures accrochées aux murs du local, dans le cadre d'une exposition consacrée au peintre Mario S., et les ont saisies. Le délit avancé par la police était simplement que ces toiles représentaient des hommes nus. L'affaire sera sans suite au niveau judiciaire et les toiles seront rendues par la police, d'ailleurs un peu gênée par une telle intervention. L'ensemble des organismes culturels de la ville a réagi contre cet acte de censure intolérable engendré simplement par une personne choquée par l'exposition. Curieux qu'elle n'ai pas demandé aussi de badigeonner de blanc les plafonds peints par Michel Ange à la Chapelle Sixtine du Vatican. 




Années 80 Bretagne Retour Haut de page



Lieux



Au début des années 80, la vie gay explose dans les villes bretonnes, notamment à Rennes et Brest, mais aussi à Quimper. Les zones touristiques du bord de mer sont dotées de nombreuses plages naturistes qui ont la cote auprès des gays. Même si ce n'est pas la Côte d'Azur, quelques grosses discothèques gay ouvrent à cette époque en pleine campagne pour drainer les touristes le week-end. En revanche, le monde associatif, s'il reste diversifié et actif au début des années 80, va connaître un effet assommoir avec l'apparition du Sida. Les associations ne prendront pas conscience suffisamment tôt de l'ampleur de la catastrophe qui s'annonce. 



Années 80
A RENNES
LES BARS
- La Rose Noire

2 rue de Saint Malo
- Le Picotou

Combourg
- Le Tutti-Frutti

3 impasse Rallier-du-Baty
- Le Galago

21 rue de Saint-Malo
- La Trinquette

rue Saint Malo
- Le Verlaine

10 rue Quinelen
- Le Privilège

92 rue Ange Blaise
LES RESTAURANTS
- L'Angelus

Place de la Mairie
- Le Ship-Shop

30 rue Saint Malo
- La Bonne Pâte

6 rue Derval
- Le Piano Blanc

route de Sainte Foix
- Le Tub's 

Boulevard Laennec
- Le Melting Pot

rue des Fossés
LES DISCOTHEQUES
- Le Batchi

34 Rue Vasselot
- L'Ambigu

Vieux Vy-sur-Couesnan
- Le Corsaire

Piré-sur-Seiche
- Le Mykonos

Saint-Erblon
LES ASSOCIATIONS
- GLH de Rennes

c/o "le Monde en Marche"
7 rue Saint Georges
- Association pour la Diffusion Homosexuelle.
- David et Jonathan
- Femmes Entre Elles

9 rue de la Paillette

:: LES LIEUX DES ANNEES 80 A RENNES.
LES BARS ET LES DISCOTHEQUES.
La nouvelle boîte incontournable de Rennes dans les années 80 s'appelle "le Batchi", rue Vasselot. Après des débuts improbables, sa déco résolument moderne et atypique pour l'époque est très marquée rock New Wave, Ska et Punk. Mais la clientèle est 100 % gay, BCBG et très jeune. La boite va connaître un succès foudroyant et un avenir qui en fera plus de 20 ans plus tard une des plus anciennes boites gay de France, car elle saura toujours s'adapter à son époque et à sa clientèle. D'autres établissements fleurissent à Rennes dans les années 80 : "La Rose Noire" s'installe rue Saint Malo, une rue qui devient peu à peu le centre de gravité de la vie gay à Rennes. L'établissement a la faveur des lesbiennes. Rue Saint Malo, on  trouve aussi à partir du milieu des années 80, un restaurant sympathisant, "le Ship-Shop" et deux bars, "la Trinquette" et  "Le Galago"
Le Galago est tenu par deux lesbiennes et a la préférence des femmes homosexuelles mais les hommes y sont aussi admis. Il faut sonner pour entrer. Si le Batchi est la seule boîte gay du centre ville, les rennais bénéficient d'une brochette d'établissements à l'extérieur :  La discothèque "le Corsaire", à une vingtaine de km de la ville, "l'Ambigu" à Vieux Vy-sur-Couesnan à 30 km de Rennes et "le Mykonos" à 12 km de Rennes attirent les noctambules les week-ends. Toujours à l'extérieur, "Le Picotou" (chez Lou-Lou) est situé à Combourg.
A la fin des années 80 un nouveau bar ouvre à Rennes : "le Privilège", 92 rue Ange Blaise.

LES RESTAURANTS.
Recherche archives gay"L'Angelus" sur la place de la mairie avec son service très tardif a la préférence des noctambules et donc des homos. La Crêperie "la Bonne Pâte" rue Derval ou "le Ship-Shop" ont aussi leurs habitués. Route de Sainte-Foy, Joël et Jean-Paul accueillent une clientèle homo dans leur restaurant gastronomique et proposent régulièrement des spectacles de travestis : "le Piano Blanc".

LES SAUNAS.
Au début des années 80, il n'existe aucun sauna gay à Rennes. Comme le besoin existe, un sauna hétéro, le Kiitos, propose quelques plages horaires réservées aux hommes, le mardi et le vendredi de 15h à 22h.

LES LIEUX DE RENCONTRE EN EXTERIEUR.
Durant les années 80 les Rennais restent toujours adeptes des plaisirs en plein air et pas un quartier de la ville n'y échappe. Le Jardin du Thabor est très fréquenté durant la journée, le soir, c'est plutôt le Contour de la Motte ou le Champ de Mars avec ses deux tasses. Presque toutes les vespasiennes de la ville ont leur clientèle d'habitués : Place de la Préfecture, Gare SNCF, Place des Lices, Eglise Saint Etienne, Palais de Justice et celle de la rue Toullier qui a une bonne réputation, même si elle reste dangereuse.

Années 80 Bretagne Retour Haut de page



Années 80
A BREST
LES BARS
- Le Bar du Château

face au Château
- Le Conti

25 rue de Lyon
- La Licorne
- Le 18

9 rue La Motte-Piquet
- Lak-Atao

67 rue Louis Pasteur
- Le Bazaar

20 rue Kergorju
LES DISCOTHEQUES
- Le Manoir du Kurnu

Route de Saint Renan
- Les Mini-Folies

2 rue Kerivin
- Le Petit West Club

11 rue de la Porte
LES ASSOCIATIONS
- GLH de Brest

c/o Librairie Graffiti
Place Saint Louis
- Présence Homosexuelle

c/o Librairie Graffiti (librairie Archipels)
Place Saint Louis
- David & Jonathan

:: LES LIEUX DES ANNEES 80 A BREST.
On pourrait considérer que cette ville de marins n'avait pas besoin de bar gay tant les bars de marins, dépeints par Genet dans son roman "Querelle de Brest" et repris par le cinéaste Werner Fassbinder en 1982 (avec le sensuel Brad Davis), suffisaient à assouvir tous les fantasmes. Mais au début des années 80, un certain nombre d'établissements sont recensés dans les guides gay tout en sortant un peu de la norme classique des bars gay de par leur ambiance. Le "Bar du Château", "Le Conti", "Le 18", "la Licorne", le "Lak-Atao" font partie du parcours "émotion" de la ville. Plus classiquement, une discothèque située à la campagne à 18 km de Brest offre les plaisirs de la fièvre du samedi soir : "Le Manoir du Kurnu" sur la route de Saint Renan accueille une clientèle mixte homos-hétéros. Le "Beverly-Club", à Relecq Kerhuon, propose en semaine des spectacles de travestis, même si l'endroit n'est pas spécifiquement gay.
A la fin des années 80, le bar gay et lesbien de Brest s'appelle "Le Bazaar", 20 rue Kergorju et la boîte, "les Mini-Folies" est située au 2 rue Kérivin. Deux autres discothèques vont aussi accueillir les gays brestois : "Le Calao", route des Château à Pont L'abbé et le "Petit West Club", rue de la Porte à Brest, juste avant le Pont de recouvrance.

La plage du Phoque (ça ne s'invente pas) propose du naturisme durant les magnifiques étés bretons.
Au niveau de la drague extérieure, Le Jardin Kennedy (en face de la gare) sont fréquentés en soirée.  Et si l'obsession des marins doit trouver sa concrétisation, les quais du port ou les pissotières du Marché Place Saint Louis, n'ont jamais été l'objet de réclamations de la part des clients.
Mini-folies
Minifolies






Années 80 Bretagne Retour Haut de page



Querelle:: LES LIEUX DES ANNEES 80 DANS LE RESTE DE LA BRETAGNE.

FINISTERE (29).
A Quimper, un nouveau bar apparaît au début des années 80 rue pain Cuit, "La Mandarine" avec une clientèle mixte. Au milieu des années 80 le bar "Le Samouraï" prend le relai des nuits quimperroises. Il est situé au 77 route de Pont-L'Abbé. La drague s'organise autour et dans la gare ainsi que place de la Tourbie
(ancien Champ de Foire), de la Tour d'Auvergne. Le joli petit jardin derrière le Théâtre est fréquenté en soirée. A noter aussi la forêt de Keradennec pour ses rencontres libertines.
A Douarnenez, on se rencontre sur le sentier des Douaniers aux Roches Blanches. Les blockhaus ont quelques fréquentations dans la journée. A Pont l'Abbé, on se croise aux WC de l'église et dans les buissons qui la bordent, à Roscoff c'est à la Tourelle Marie Stuart sur le Port ou dans les dunes de Sainte-Anne la Palue. Les Jardins de Porzou à Concarneau, et au Conquet, le Cours d'Ajot, les jardins Maréchal Juin ou Kennedy ainsi que la tasse des halles Saint Louis prouvent que la Bretagne profonde n'est pas un désert pour les gays des années 80.
Quant à Morlaix, c'est un restaurant, "la Brocéliande", 5 rue des Bouchers qui attire les gays. Et si vous voulez admirer le viaduc vu du dessous, les toilettes sont là pour vous accueillir.
Les plages :
- La Plage de Plonéour-Lanvern. Naturisme.
- La Plage de Mousterlin et celle de la Table d'orientation à Bénodet.
- La Plage du Rhéum à Douarnenez (entre la plage Saint Jean et les Sables Blancs.)
- La Plage de Lesconil en direction de Lechiagat. Naturisme
- La Plage de Keremma à Plouescat.
- La plage de Trezien à Plouarzel
- La Plage de Beuzec- Cap Sizun à Pont-Croix. Naturisme dans une petite crique protégée.
- La Plage de Tréguennec à Pont l'Abbé.
- La Plage du Lost-Marc'h à Crozon. Naturisme







CÔTES-DU-NORD (22).
Les Côtes du Nord ne deviendront Côtes d'Armor qu'en 1990.
A Saint-Brieuc, une boite gay ouvre au milieu des années 80 : "le Safari Club", grève des Courses. Sinon, il y a beaucoup de rencontres au Jardin des Remparts à tout heure du jour ou de la nuit ou dans la Vallée du Gouedic. Les toilettes du Champ de Mars ou à coté de la cathédrale sont aussi très animées à toute heure.
Au milieu des années 80, sur l'axe Saint-Brieuc - Saint-Malo, route de Plancoet à Plancoet, la discothèque "l'Emeraude" organise des Gay Tea Dance tous les dimanches de 16h à l'aube.

A Dinan, rendez-vous au Jardin du Château ou au pied du Rempart, Promenade des Douves.
Durant la saison touristique en été, un restau sympathisant accueille les touristes : "la Barzelletta", 9 rue de l'Horloge.

A Lannion, c'est... le Cimetière qui offre une tasse très vivante.
A Paimpol on se rencontre à la boîte "La Taverne" ou aux WC du port, à Perros-Guirrec aux WC de la mairie. A Saint Quai Portrieux, durant la saison estivale, la pizzeria le "Don Camillo", "le Davy's Bar" et sa discothèque "L'Etrier Club" attirent les touristes homos.
A Loudeac, on drague au Parc de l'Etang, sur la route de Rennes.
Le Casino du Val André propose des soirées gay tous les dimanches dans sa boite, "Le Jetsea".
Unique en France, il existe en Côtes du Nord, et plus précisément à Plorien, une troupe de Majorettes masculines depuis 1977.
Les plages :
- La Plage de Beg Léguer entre Lannion et Trébeurden.
- La Plage de Plorien-Vieux Bourg (Dinan) : naturisme entre la côte et sables d'Or.
- La Plage de Notorat (Paimpol).
- La Plage de Testraou à Perros-Guirrec.
- La Plage des Rosaires, au lieu dit "Pointe de l'horaire" près de Saint Brieuc.
- Les plages au Vieux-Bourg (naturisme), le Val André et Lortualis situées à Saint Quay Portrieux.



ILE-ET-VILAINE (35).
La belle ville de Saint Malo propose une magnifique promenade sur ses remparts. A proximité des jardins des Cavaliers, les promeneurs sont plus nombreux et la plage un peu plus bas permet des ébats nocturnes. De nombreuses tasses ponctuent cette promenade. Au milieu des années 80 au bout de la fameuse rue de la soif, une cave accueille la jeunesse de la ville à partir du milieu des années 80 : "L'Angelus bis", 6 rue des Cordiers, est réputé pour son ambiance très chaude et délirante qui attire de nombreux homos. Tenu par le même propriétaire, le restaurant "l'Angelus" est situé lui au 10 rue du Puits-aux-Braies. Le service est un des plus tardifs de la ville. "L'Escalier", pointe de la Varde, et "le Little", 8 rue du Point du Jour, complètent le parcours des nuits chaudes malouinnes.
Dinard, à cette époque, n'est pas en reste car la ville dispose plusieurs bars gay : le night-club "L'insolite" ouvre en 1981 au 9 rue de la Vallée mais aura une courte existence. "Le Pénélope" lui succèdera sur la route de Saint-Lunaire et la discothèque "la Chaumière" sera ouverte uniquement les we à la Pointe-du-Décollé. Il y aura aussi "le Pingoin", 3 bis boulevard Wilson, qui organisera des dîners spectacle. Pour les romantiques, la Promenade au Clair de Lune, le long de la mer, à une réputation qui dépasse les frontières de la Bretagne. Moins romantiques, les tasses de la place de la République, du Port ou de la Poste peuvent aussi compenser le manque de rencontre de la Promenade au Clair de Lune.
Entre Saint-Malo, Dinard et Dinan, le restaurant "la Barzelletta" accueille les gays amateurs de cuisine italienne.
A Fougères, à part les WC de la place de la Douve, les homos commencent à fréquenter l'aire de repos de la RN2.
A Redon, on se rencontre sur la place de la République ou sur le Cours Bernard à coté du monument.
La discothèque "Le Scorpion" à Saint Denis de Jouhet propose des soirées gay chaque dimanche. La jolie petite ville de la Roche-Bernard voit s'ouvrir son club gay à la fin des années 80 : "L'Incognito".
Les plages :
- La Plage du Verger (entre Cancale et Saint Malo)
- La Plage de la Moulinière à Cancale.

- La Plage de Saint-Coulomb à Saint-Meloir-des-Ondes.
Barzelletta L'insolite Incognito
MORBIHAN (56).
A Vannes ce sont les toilettes du Port près de la gare Maritime qui sont les plus courues. S'il n'y a pas de boite gay dans la ville, la discothèque "La Civadière", 25 rue Ferdinand le Dressay, sur le port, propose de temps en temps des spectacles de travestis.

Ville portuaire, Lorient et son architecture des années 50 propose quelques lieux de drague mais aussi de prostitution masculine encore très répandue dans les années 80 qui ne connaissaient pas internet. Le Parc du Syndicat d'Initiative (qui n'avait pas prévu celle là) pouvait être complété par les toilettes souterraines de la place Aristide Briand ou du Marché. Le Jardin Le Faoudic connaît aussi un certain succès.
"La Baraka, club Saint Servais", route de Quimperlé à Pont Scorff, est la boite gay du Pays de Lorient. Dans un décor "maison de campagne avec feu de bois", elle propose régulièrement des spectacles de travestis. La clientèle y est assez mélangée.
A Gourin, une institution va s'imposer peu à peu dans le paysage gay de la ville mais aussi de toute la Bretagne : La discothèque "Le Starman", 4 rue de la Gare, ouvre en 1984. Il propose des spectacles et de nombreuses soirées dont un Grand Carnaval Gay qui va connaître un succès croissant.

A Belle-Ile en Mer, les toilettes de l'arrière port au Palais sont accueillantes et la discothèque la plus gay-friendly est le "Quai Ouest", 45 rue J. Le Brix.
Les plages :
- La Plage de Plouharnel, sur la presqu'île de Quiberon.
- La Plage d'Erdeven à Etel.
- La Plage Kaolins (Lorient). Naturisme
- La Plage de la côte Ouest de l'ile de Groix.
- La Plage de Dotchau à Belle-Ile en Mer.
Starman




Sélection de livres, CD et DVD
AMAZON.FR
> Livres et DVD sur les années 80 - sélectionnés sur Amazon.fr > Autres recherches sur Amazon.fr


> CD compilations des années 80 - sélectionnés sur Amazon.fr : > Titres gay cultes des années 80
    sélection Hexagone Gay :



cliquez pour écouter.



En savoir plus

AUTRES PAGES DE CE SITE
Bretagne
Les Années 70 France - Les Années 80
- Les Années 80







Sources

RESSOURCES EXTERNES ET REMERCIEMENTS
- Les archives, souvenirs personnels et témoignages recueillis par l'auteur du site Hexagone Gay.
- Les guides Spartacus
- Les guides Incognito
- Les guides Gai Pied
- La revue Gai Pied
- La revue Homophonie
- Les guides du Petit Futé
- Les archives du Centre LGBT de Paris - Ile-de-France






Liens commerciaux
ANNONCES

















Divers






Nous soutenir

Le site Hexagone Gay et sa base documentaire sont gérés par l'association MÉMOIRE COLLECTIVE et ses bénévoles. Les frais de fonctionnement  et d'hébergement du site sont autofinancés par les affiliations et encarts publicitaires présents sur ce site. En revanche, nos recherches documentaires, nos acquisitions de documents, notre archivages sont financés par nos fonds personnels. Vous pouvez nous aider à conserver notre mémoire LGBT, en toute indépendance, par un don, via le bouton Paypal ci-contre.
Les dons peuvent rester anonymes ou vous être attribués selon votre préférence.
Pour mieux nous connaître : voir notre page présentation.
Vous pouvez aussi enrichir notre site par vos témoignages ou vos documents.
Pour nous contacter : webmaster@hexagonegay.com



Mémoire Collective



Recherches sur le site






Nos autres sites Résaux sociaux
Lorraine Gay Aquitaine Gay Les Ondes de la Tourmente Rencontres Gay Facebook Twitter Blogger






CopyrightFrance.com copie






Zone de rencontres

Hexagone Gay propose également un site de rencontres gay réservé aux hommes de plus de 18 ans.
Ils sont actuellement en ligne :



Clique pour voir leur fiche.
Ils habitent près de chez toi :

Découvre leur profil
Déjà  nouveaux inscrits
cette semaine !



Inscription gratuite